PARTAGER
marché CBD

Après s’être installé dans les stocks des pharmacies, des magasins spécialisés et même dans certaines enseignes de la grande distribution dans les pays historiquement libéraux, le cannabidiol ou CBD se fraie laborieusement un chemin dans l’Hexagone.

Cartographie du marché mondial du CBD

En dépit d’un macroenvironnement juridique flou et changeant, le marché du cannabidiol (ou CBD) poursuit sa croissance mondiale, avec un chiffre d’affaires cumulé de plus de 3,5 milliards de dollars en 2021 selon une étude réalisée par Grand View Research. Mieux : le marché du CBD devrait enregistrer un taux de croissance annuel à deux chiffres (+ 21,2 %) jusqu’à 2028, avec un doublement de son chiffre d’affaires cumulé tous les cinq ans.

Logiquement, c’est le segment Business to Business (B2B) qui domine le marché mondial du CBD, accaparant environ 59 % des revenus en 2020. Ce segment est porté par les grossistes de matières premières ou intermédiaires (huile de CBD notamment) à l’image de Pro 4 You CBD, et les fabricants qui vendent des produits à base de CBD à des détaillants, principalement en Europe et en Amérique du Nord. La tendance haussière du marché s’explique essentiellement par une législation moins contraignante, un effort de communication et de pédagogie des grands acteurs du CBD et la publication d’études sur les avantages soupçonnés du cannabidiol qui, rappelons-le, n’est ni psychotrope ni addictif, contrairement au THC.

Le marché est également porté par le segment de l’industrie pharmaceutique, dopé notamment par des expériences concluantes dans certaines applications médicales. En France, un décret entré en vigueur le 1er mars 2022 autorise la culture du cannabis médical et le développement de son industrie. Dans le détail, ce décret est venu modifier certaines dispositions du Code de la santé publique « pour permettre la culture, la production, la fabrication, le transport, l’importation, l’exportation et la possession de cannabis et de ses dérivés sous autorisation médicale », croit savoir Forbes.fr. Notons enfin que le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait publiquement soutenu une phase de test du cannabis médical en mars 2021, se rendant même au CHU de Clermont-Ferrand pour assister à la toute première prescription de ce type de médicament pour un patient souffrant de neuropathie centrale.

Toujours selon l’étude de Grand View Research, le segment pharmaceutique du marché du CBD devrait connaître le taux de croissance le plus élevé entre 2021 et 2028 pour plusieurs raisons :

  • La multiplication des essais cliniques en cours pour confirmer (ou infirmer) les propriétés anti-inflammatoires et apaisantes du CBD ;
  • L’évolution rapide des techniques de transformation du CBD à moindre coût ;
  • La propension des professionnels de la médecine alternative à prescrire des produits à base de CBD pour soulager le stress et l’anxiété ou encore améliorer la qualité du sommeil de leurs patients.

cartographie CBD

Les spécificités du marché français du CBD

La culture du chanvre a gagné de l’importance en France depuis la fin du 19e siècle. D’ailleurs, le terme « Cannebière » signifie « Avenue des chanvriers ». Le marché français du CBD est sans doute l’un des plus prometteurs dans les pays de l’Union européenne pour une raison simple : la France concentre 50 % de la production européenne de chanvre industriel. L’Hexagone occupe donc la première place avec 17 900 hectares, loin devant l’Italie (4 000 hectares) et les Pays-Bas (3 833 hectares).

Cette position de leader permet aux grossistes, aux détaillants et aux exportateurs de gagner en compétitivité grâce à une filière dynamique et des « coûts matière » intéressants. On estime par exemple le taux de marge net d’une boutique de CBD en ligne entre 15 et 35 %, soit un profit net situé entre 15 000 € et 35 000 € pour 100 000 € de chiffre d’affaires. Ajoutons à cela des débouchés importants, puisque la France compterait 7 millions de consommateurs de CBD, soit plus de 10 % de la population selon les chiffres communiqués par Brightfield et repris par le très sérieux média LSA Conso.

Cet avantage structurel n’a toutefois pas permis au marché français du CBD de réaliser son plein potentiel de croissance, puisqu’il stagne autour d’un milliard d’euros et emploie moins de 80 000 personnes. La raison est sans doute à aller chercher du côté de la loi. En effet, si le commerce du CBD est aujourd’hui parfaitement légal, il fait régulièrement l’objet de menaces d’interdiction, voire d’interdictions fermes qui sont par la suite « cassées » par le Conseil d’Etat.

Selon un reportage de LSA Conso, l’année 2021 a vu l’ouverture de quelque 2 000 magasins spécialisés dans les produits à base de CBD, avec un marketing autour des prétendus bénéfices santé de la molécule.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here