PARTAGER
extraction or

Il y a beaucoup d’or éparpillé qui n’attend que d’être exploité. L’or est probablement l’élément le plus fréquemment mentionné dans le tableau de Mendeleïev, même si, en termes pratiques, il n’a pratiquement aucune utilité. Il est mou, lourd et inapplicable à la fabrication d’outils ou d’instruments permettant de frapper efficacement la tête de votre voisin.

D’autre part, il est beau, cher, rare et presque éternel. Pour une raison quelconque, au 5e millénaire avant J.-C., l’humanité a décidé que c’était un bon matériau pour mesurer tout le reste. Le fer, d’ailleurs, n’est devenu populaire qu’un millier d’années plus tard !

Beaucoup de choses ont changé depuis, mais l’or reste important. Notamment parce qu’il a été utilisé dans de nombreuses applications différentes.

Appareils électriques usagés

La principale utilisation de l’or dans l’industrie moderne découle de sa résistance à la corrosion et de son excellente conductivité électrique. Il est donc idéal pour couvrir toutes sortes de contacts qui ne sont pas censés être nettoyés ou touchés du tout. C’est pourquoi le métal jaune est activement utilisé dans les appareils de haute technologie, particulièrement les smartphones.

Un smartphone moyen contient environ 0,025 g d’or pur et 0,25 g d’argent pur. En comparaison, le minerai d’or contient entre 2 et 100 g par tonne de métal pur. Un smartphone pèse approximativement 150 g ; par conséquent, pour extraire 2,5 g d’or, il faut 15 kg de téléphones. Ou une tonne de minerai pauvre.

Au passage, on apprenait l’autre jour qu’Apple avait récupéré une tonne d’or provenant d’iPhone et d’iPad mis hors service en 2015 et avait réalisé un bénéfice de 40 millions de dollars. Il est vrai qu’ils ont dû pelleter 90 millions de livres de déchets électroniques pour y parvenir.

moyens éxtraction

Eau de mer

Des tentatives d’extraction de l’or de l’eau de mer ont été faites à plusieurs reprises au cours du vingtième siècle. Les premières expériences ont été menées par les Britanniques en 1908, date à laquelle les premiers brevets ont été déposés (ils aiment breveter les choses qui ne fonctionnent pas là-bas).

Après la Première Guerre mondiale, l’Allemagne a également tenté de mettre en place une telle extraction pour payer la contribution, mais n’y est pas parvenue en raison d’une technologie imparfaite. Les scientifiques de l’époque ne pouvaient même pas mesurer avec précision la concentration d’or dans l’eau, les estimations différaient de plusieurs centaines de fois.

Selon des données modernes, la quantité d’or dans l’eau (eau de mer ou eau douce – peu importe) est en moyenne de 5 kg par kilomètre cube. Ce chiffre dépend bien sûr de la masse d’eau en question. Selon les réalités économiques actuelles, il n’est pas pratique d’exploiter l’or de cette manière. Mais ça n’a pas à l’être.

Par exemple, le lac Baïkal contient 23 000 kilomètres cubes d’eau. Cela représente 115 tonnes d’or, qui peuvent honnêtement être inscrites dans les réserves d’or de la Russie. Ils ne peuvent pas être retirés, tout comme les lingots de Fort Knox, mais il y a bel et bien de l’or dans le lac, contrairement au coffre-fort américain, et il ne va nulle part.

L’économie de la récupération de l’or dépend principalement de sa teneur en eau de mer. Jusqu’à présent, les données sur cette question sont mitigées. La méthode d’analyse de la composition des liquides par activation neutronique, développée et maîtrisée au cours des dernières décennies, a permis de mener des recherches intéressantes. Les employés du navire de recherche Mikhaïl Lomonossov ont effectué des recherches en utilisant cette méthode.

Dans l’océan Atlantique tropical, ils ont analysé 89 échantillons d’eau de mer à la recherche d’or, prélevés à différents endroits et à différentes profondeurs, même à plus de cinq kilomètres de profondeur. Selon les recherches, la concentration moyenne du métal précieux dans l’eau de mer est beaucoup plus élevée que ce qui avait été établi précédemment. Dans certains échantillons, l’or s’est avéré être près de mille fois supérieur à ce que l’on pouvait attendre. Cela confirme la suggestion précédente selon laquelle la teneur en or varie fortement d’un endroit à l’autre et à différentes profondeurs.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here