PARTAGER
vendre son matériel d'occasion

Les beaux jours arrivent et avec eux vient l’envie de faire le tri dans sa maison. Les piles de DVD qui encombrent le salon, une garde robe à renouveler ou bien le matériel de puériculture qui a envahit le garage sont autant de bonnes affaires qui sommeillent dans votre intérieur. Quitte à s’en débarrasser, autant les valoriser !

Pour ce faire, les vide-greniers, brocantes et autres puces restent le choix privilégié des français car ils combinent moments de convivialité et gains financiers. Qui a l’âme un tant soit peu commerçante et le goût de l’échange sait que ces lieux de rencontre sont propices à de bonnes poignées de mains fructueuses et intéressantes. A condition de connaître les ficelles du métier…

En effet, conclure une vente n’y est pas anodin. Les habitués savent qu’une bonne brocante se prépare et se gère selon des principes qui n’ont pas beaucoup évolué depuis les premiers temps du troc. Petit manuel des bonnes pratiques en pays de commerce.

Une organisation militaire pour vendre son matériel d’occasion

Point de vente sans préparation. La première étape consiste à définir le théâtre des opérations. Pour vendre ses objets dans une brocante ou un vide-greniers, renseignez-vous sur les événements organisés près de chez vous. Calendrier des Brocantes les recense sur tout le territoire français. Son fonctionnement participatif permet à chacun d’y inscrire son propre événement et ainsi y attirer une foule conséquente.

Une fois votre terrain d’action choisi, il s’agit de préparer les munitions. Sandwichs, boissons et vêtements de pluie sont impératifs. Autant que la petite monnaie, indispensable à tout brocanteur. Celui-ci doit être capable de satisfaire le client qui souhaite acheter une jupe à 2 euros avec son billet de 50. Un passage préventif à la banque vous aidera à conclure de multiples petites ventes qui feront vos grandes rivières.

Les intempéries printanières peuvent parfois être désastreuses pour le petit commerce. Nombre de brocanteurs mal équipés perdent non seulement des clients mais aussi de la marchandise. Une bâche bien montée permettra à vos livres ou vêtements de ne pas souffrir des éléments et assurera un refuge aux badauds qui, peut-être, s’intéresseront à votre marchandise… Pensez également aux petits plus qui donneront un cachet à votre stand et feront de votre emplacement celui dont on parle. Du papier journal pour emballer les objets fragiles ou des sacs plastiques bien utiles aux bras déjà chargés, par exemple.

vendre en vide-greniers

Trier, présenter et convaincre pour bien vendre !

Le choix des objets que vous présenterez est déterminant. Oubliez la vieille poupée scalpée par de trop longues années d’échanges entre cousins. Faites le tri de vos objets et ne proposez à la vente que des objets en état de marche, complets, nettoyés et bien mis en valeur. Globalement, les objets liés à l’enfance se vendent très bien, les livres trouvent souvent preneurs mais l’électroménager est plus difficile à écouler, à moins que l’on propose aux intéressés de l’essayer sur place.

L’accessibilité est un aspect très important de votre stand. Quelques tréteaux et des planches permettront aux flâneurs de s’attarder sans avoir à se baisser. Les livres ou les DVD doivent être rangés dans des bacs. Les vêtements seront placés sur des cintres et suspendus ou alignés en piles. Pensez également à protéger les objets fragiles comme la vaisselle car le passage incessant peut provoquer des accidents. Enfin, restez vigilant et surveillez votre marchandise. Les vols à la sauvette sont malheureusement monnaie courante dans les brocantes. Il est préférable d’être plusieurs pour que l’un assure la surveillance tandis que l’autre sert les clients.

L’art du marchandage dans les brocantes et vide-greniers

Toutes ces précautions prises, reste maintenant à conclure des ventes. Nul besoin de sortir d’une école de commerce pour cela, il suffit d’un peu d’humanité ! Le secret réside bien souvent dans un faciès accueillant et une gouaille assumée. N’hésitez pas à interpeller les badauds qui semblent intéressés par vos pièces. Une conversation qui s’engage, c’est le premier pas vers une vente !

Gardez également à l’esprit que le but ultime de tout brocanteur du dimanche est de repartir avec une voiture vide. Les objets que vous proposez à la vente ne vous sont plus utiles et mieux vaut une vente basse qu’un retour à la maison. Sachez donc négocier. Offrir de belles réductions par lots est aussi une bonne occasion d’écouler du stock.

Les brocanteurs avisés sauront mettre en valeur leurs biens les plus recherchés. Certains choisiront même de ne pas afficher de prix, le client sera donc obligé d’engager la conversation, dévoilant ainsi son intérêt. Une information de première main dans l’âpre négociation qui s’en suivra !

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here