PARTAGER
traduire des documents financiers en Belgique

La traduction financière ne représente pas une tâche facile. En effet, ce domaine fait appel à l’utilisation d’une terminologie variée et précise. Malgré les essais de popularisation du langage financier, cela n’a pas rendu la traduction économique et financière facile. Pourtant, les documents produits par les institutions, les entreprises ou encore les banques ne sont pas à la portée de tout le monde. En ce qui concerne la traduction financière, les dossiers retranscrits concernent les textes associés au cours de la bourse, les textes d’acquisition et de fusions, des rapports d’audits, des bilans et des rapports d’activité. Comment faire pour traduire efficacement des documents financiers ?

Respecter la terminologie financière

Si vous voulez que votre professionnalisme et votre compétence soient reconnus, vous êtes tenu de respecter la terminologie financière utilisée lors de la traduction de vos documents. Cette terminologie est spéciale et dépend parfois des codes législatifs locaux. En traduction financière en Belgique par exemple, il ne faut pas s’affranchir des réglementations et des codes mis en place. De nombreux pièges sont à éviter. 

À la différence d’un travail de retranscription ordinaire, la traduction financière et économique ne constitue pas un simple travail de transposition d’un contenu dans une autre langue. Au contraire, cette tâche nécessite une base solide et une maîtrise parfaite du secteur et son fonctionnement. Plusieurs termes anglicismes sont servis volontairement et ne sont pas traduits dans d’autres langues. 

Afin d’éviter les contresens et les faux sens, il est recommandé de confier son projet à un proche ou à un collègue ayant une maitrise parfaite de la langue source du dossier ainsi que la langue cible dans laquelle le texte sera traduit. Sinon, vous risquez de perdre inutilement votre temps et votre argent si la qualité de la retranscription n’est pas à la hauteur de vos attentes. 

traduire document financier

Traduire les données chiffrées

Vous n’avez pas besoin d’utiliser la même langue pour trouver la réponse sur l’addition de deux plus deux. Pour autant, les règlements d’écriture des monnaies, des dates et des nombres changent d’une langue à une autre ou encore d’une frontière à une autre. Vous devez rester vigilant sur un certain nombre de points si vous souhaitez réussir la traduction de vos documents financiers. 

Tout d’abord, pour l’écriture des chiffres, veillez à tenir compte de la séparation des milliers. Cela varie en fonction des pays. Si certains écrivent 1 000 avec un espace, d’autres pays comme en Italie se servent du point ou de la virgule à la place de l’espace. De quoi aboutir à des changements majeurs en cas de mauvaise manipulation. En ce qui concerne le format de la date, dans les pays anglophones, la date s’écrit généralement sous le format mois/jour/année. Tandis que plusieurs pays en Europe, y compris la Belgique, préfèrent le format jour/mois/année. Veillez en effet à changer l’ordre selon le contexte tout en imaginant les erreurs qui peuvent en résulter. 

Pour ce qui est des écritures décimales, les Anglais utilisent le point alors que les francophones se servent de la virgule. Vous créerez des confusions en cas de non-respect de ces codes. Enfin, concernant la place de l’unité monétaire, il faut prêter une attention particulière pour ne pas commettre des erreurs d’interprétation. 

Fournir un document facile à traduire

Si vous êtes déjà chargé de la traduction financière et économique en Belgique, vous pouvez informer le cabinet de traduction ou votre traducteur sur tous les éléments qui peuvent rendre la tâche assez facile. Dans ce cas, n’oubliez pas d’émettre le texte source puisque cela constitue un gain de temps considérable. Dans ce cas, le prestataire ne sera pas contraint d’utiliser un logiciel de reconnaissance de texte. Il peut tout de suite se servir d’un outil de traduction assistée par ordinateur. Dans le cas de la traduction économique et financière, le glossaire représente une véritable mine d’informations. 

Ce n’est pas tout, il faut également garantir une cohérence dans ses propres documents. Il faut traduire les mêmes termes de la même manière d’un dossier à l’autre. En procédant de cette sorte, vous allez pouvoir confirmer votre professionnalisme. 

Afin de bien mener à bien ses tâches de traduction financière en Belgique, de plus en plus d’entreprises recourent aux services d’un professionnel indépendant ou d’une agence de traduction spécialisée dans le domaine.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here