PARTAGER

L’éjaculation féminine est un sujet dont on parlait peu jusqu’à présent. Pourtant, c’est un phénomène qui intrigue depuis toujours et un fantasme masculin bien connu. La représentation que l’on s’en fait a été façonnée par les images véhiculées par l’industrie pornographique, mettant en scène de véritables geysers vivants, de telle façon qu’au fil des décennies, l’éjaculation féminine a fait l’objet de nombreuses idées fausses qui continuent de circuler. Certaines femmes en viennent alors à se demander si elles ont déjà expérimenté l’éjaculation féminine. Comment parvenir à vivre un épisode de fontainisation ? Pour vous éclairer sur le sujet, nous y avons consacré tout un dossier.

Qu’est-ce que l’éjaculation féminine ?

L’éjaculation féminine fait, depuis toujours, l’objet d’une véritable fascination. De nombreux scientifiques se sont intéressés à ce phénomène. L’appréciant pour sa rareté, certains hommes veulent savoir comment faire jouir une femme fontaine afin de pouvoir vivre avec leur partenaire une expérience sexuelle unique. Mais dans un premier temps, il est important de bien comprendre ce que c’est.

L’éjaculation féminine, également connue sous le nom de « squirt », est une émission involontaire de fluide qui peut se produire sans orgasme, ou avec. Dans ce dernier cas, il peut avoir lieu aussi bien avant, pendant, qu’après la jouissance. Il s’agit d’une émission provenant de la vessie. Cette dernière se remplit pendant l’excitation sexuelle, puis se vide complètement après l’expulsion.

L’expulsion du liquide est majoritairement une question de lâcher-prise et de stimulation, mais nous y reviendrons plus tard. Elle ne se produit pas non plus automatiquement à chaque rapport sexuel. La quantité du liquide peut aller d’une petite cuillère à café à plusieurs cuillères à soupe. Dans certains cas, le fluide peut suffire à tremper le lit ou encore à asperger le mur.

Les femmes chez lesquelles la sécrétion de liquide est relativement abondante (allant jusqu’à 200 millilitres) et dont l’éjaculation est puissante sont communément appelées femmes fontaines. Pourtant, femme fontaine et éjaculat féminin ne sont pas forcément la même chose. Le phénomène peut se produire plusieurs fois durant la relation sexuelle.

Ejaculation féminine sexe

Les idées reçues sur le phénomène d’éjaculation féminine

De nombreuses hypothèses ont longtemps été véhiculées en ce qui concerne l’éjaculation féminine. Mais qu’en est-il réellement ?

Le fluide éjaculatoire est-il de l’urine ?

Bien que ce liquide provienne de la vessie, il n’est pas à confondre avec l’urine, ce qui est la crainte de nombreuses femmes et de nombreux couples. Il s’agit d’un liquide inodore et incolore, dont la quantité secrétée varie chez chacune.

On pensait dans un premier temps que le fluide éjaculatoire était composé à la fois d’urine et d’autres fluides. Mais des recherches récentes ont démontré qu’il s’agit plutôt d’un liquide sécrété par une glande similaire à la prostate, s’apparentant également au fluide éjaculatoire chez les hommes.

Éjaculation féminine = incontinence urinaire ?

De la même manière, l’éjaculation féminine n’est pas non plus à confondre avec l’incontinence urinaire. En effet, certains pensent que l’émission de fluide est liée à un périnée peu tonique. Mais sachant qu’une femme incontinente émet de l’urine et la femme qui éjacule n’en produit pas, on peut rapidement en conclure qu’il ne s’agit pas du même phénomène.

Par ailleurs, il est possible pour n’importe quelle femme d’uriner pendant l’acte sexuel lorsque le sphincter urétral retenant l’urine ne se verrouille pas. Mais une femme incontinente n’aura pas uniquement ce type de problème au lit, mais également dans sa vie de tous les jours. Les pertes peuvent survenir dès qu’elle fait un effort, comme des exercices physiques ou encore le port d’une charge lourde, mais également lorsqu’elle rit par exemple. L’incontinence urinaire se produit majoritairement durant la grossesse, après un accouchement ou à l’approche de la ménopause.

La femme qui éjacule, elle, ne subit pas forcément ce genre de désagrément au quotidien, sauf si elle souffre spécifiquement d’incontinence urinaire.

Femme fontaine et éjaculation féminine : est-ce la même chose ?

Il est important de distinguer ces deux phénomènes. Si pour la femme fontaine, le liquide propulsé provient de la vessie et sort via l’urètre, l’éjaculat féminin provient quant à lui d’une glande similaire à la prostate. Cette prostate se trouve notamment entre la vessie et l’urètre, qui est le canal de l’urine. On les appelle les glandes para-urétrales ou glandes de Skene. Elles ne pèsent que 2 à 3 grammes, soit 10 fois moins que pour les hommes (20 à 30 grammes). Du fait de cette taille réduite, la prostate des femmes ne peut secréter que 1 millilitre de liquide au maximum.

Ces glandes sécrètent un liquide similaire à celui produit par la prostate des hommes. Ce dernier se compose de PSA (protéine de la prostate), de phosphatases acides ou encore de zinc.

sexe libido femme couple

Éjaculation féminine : avantages et inconvénients

De nombreuses femmes souhaiteraient pouvoir connaître l’éjaculation féminine. Certains couples veulent aussi s’aventurer sur ce terrain pour pimenter les relations, mais aussi offrir plus de plaisir au partenaire. Être une femme fontaine présente certes des avantages, mais aussi des inconvénients à connaître.

Les avantages

Pour la femme, l’éjaculation féminine peut être vécue comme le summum de la féminité. Certaines se sentent puissantes et magnifiques lorsqu’elles éjaculent. C’est également un plus non négligeable au niveau des sensations qui sont décuplées. Certaines parlent de sensations 10 fois plus puissantes qu’un orgasme.

S’il est en général vécu comme une valeur ajoutée à la sexualité par les femmes, ce phénomène est aussi source d’excitation et de fantasme chez les hommes, du fait de sa rareté. Pour certaines personnes, il s’agirait presque de croiser une licorne un soir de pleine lune. Durant l’acte, les hommes apprécient de voir leur partenaire se lâcher totalement et prendre du plaisir, ce qui les stimule encore davantage.

C’est aussi pour eux la preuve qu’ils sont parvenus à lui donner du plaisir et à la faire jouir, ce qui flatte leur virilité.

Les inconvénients

Même s’il s’agit d’un fantasme pour beaucoup d’hommes et de femmes, l’éjaculation féminine est appréhendée par certaines femmes. Celles qui se savent susceptibles d’éjaculer durant les relations sexuelles peuvent avoir peur de surprendre, d’effrayer ou de dégoûter leur nouveau partenaire. Certains hommes peuvent notamment être amenés à penser qu’il s’agit d’urine, étant donné que le liquide provient de l’urètre, et non du vagin. La meilleure solution est alors de prévenir son amant avant l’acte sexuel.

Si certains hommes sont excités par l’éjaculation, certains partenaires peuvent également se sentir « dévirilisés » par le phénomène. Par ailleurs, si l’éjaculation féminine peut être agréable lorsqu’on s’y habitue, certaines femmes peuvent également s’en lasser à la longue. Cela peut déranger les deux partenaires, après plusieurs années de vie sexuelle passées ensemble.

Ce phénomène implique par ailleurs différents inconvénients, comme la nécessité de changer les draps après chaque relation sexuelle. Il est conseillé de bien s’y préparer à l’avance, notamment en protégeant son lit et son matelas pour éviter les dégâts.

Existe-t-il une méthode pour devenir une femme fontaine ?

Il faut savoir que 75% des femmes sont des femmes fontaines sans le savoir, car la quantité de liquide expulsée est trop minime pour s’en apercevoir. Il s’agit de sécrétions qui participent à la lubrification et sont alors tout à fait normales.

Dans son mémoire, la psychologue Caroline Lesaffre a révélé qu’il n’y avait pas de prédispositions anatomiques à devenir une femme fontaine. Cela signifie que n’importe quelle femme peut être fontaine. Cela peut arriver dès ses 18 ans, comme à ses 40 ans ou lorsqu’elle a déjà eu plusieurs enfants.

Selon l’étude menée auprès d’hommes ayant eu des rapports avec au moins trois femmes fontaines, il faut néanmoins réunir plusieurs conditions pour expérimenter ce phénomène :

  • la vessie doit être pleine,
  • il faut être dans un état de lâcher-prise,
  • le partenaire doit appuyer sur le point G.

Mais faut-il nécessairement un partenaire pour devenir une femme fontaine ? La réponse est non, étant donné que seulement 20% des femmes arrivent à éjaculer durant le sexe avec leur partenaire. 70% y arrivent avec les mains de ce dernier et 10% seules avec leurs doigts, en stimulant leur clitoris et leur point G.

La méthode consiste tout d’abord à stimuler le gland du clitoris pour le faire gonfler de plaisir. Cela vous permettra de devenir plus sensible aux caresses en interne. Ensuite, utilisez un ou deux doigts pour atteindre votre point G. Ce dernier se trouve à environ 2 centimètres de l’entrée. Il s’agit d’une surface un peu rugueuse. La suite consiste à lâcher prise. Mais ce n’est pas aussi facile, car plus on s’y efforce, moins on y arrive.

En compagnie d’un partenaire, il est conseillé de faire l’amour dans un lieu confortable et propice à la relaxation. Pour mettre toutes les chances de votre côté, rien de tel que de longs préliminaires. Laissez votre cerveau se déconnecter et laissez-vous inonder de bonheur.

libido femme

Toutes les femmes peuvent-elles éjaculer ?

Il est également possible pour toute femme de parvenir à expérimenter le phénomène de l’éjaculation. En effet, la zone est extrêmement sensible et proche de l’urètre. Il suffirait alors de stimuler le point G pour y parvenir.

Mais c’est avant tout une question de lâcher-prise au niveau physique et mental. Pour obtenir et maîtriser l’éjaculation, il faut s’exercer à se relâcher totalement, être à l’écoute de ses sensations érotiques, mais également bien connaître son sexe.

La confiance en son partenaire est aussi essentielle pour y parvenir. Mais vous pouvez également expérimenter ce processus toute seule, grâce à la masturbation.

Un autre moyen que vous pouvez utiliser pour augmenter vos chances d’obtenir une éjaculation et de muscler votre plancher pelvien. Les exercices de Kegel sont bien connus pour cela. Ils sont destinés à prévenir les incontinences urinaires, mais permettent également d’améliorer les sensations érotiques, grâce à une musculature vaginale forte.

Dans un premier temps, il faudra localiser le muscle en question. Pour le détecter, pensez au muscle que vous utiliserez pour arrêter d’uriner. Une fois cela fait, vous pourrez faire vos exercices n’importe quand et en toute discrétion, lorsque vous serez assis dans le bus ou quand vous aurez un moment de libre au travail. Attention cependant à ne pas faire ces exercices au moment où vous faites pipi. Le risque serait de développer une vilaine infection urinaire !

Éjaculation féminine : comment la vit-on ?

Pour de nombreuses femmes, l’expérience débute par une envie de faire pipi. Elles sentent une petite boule se gonfler à l’intérieur, entre le col et le vagin, qui peut être légèrement douloureuse et qui peut même être gênante pour le partenaire. Pour autant, il faut continuer les stimulations et se laisser aller.

Lorsque l’éjaculation se produit, les ressentis sont souvent similaires à un orgasme. On ressent un sentiment de plénitude et de détente totale. Certaines femmes hurlent de plaisir, sans même s’en rendre compte. Et même si elles peuvent se sentir vidées d’énergie après un épisode de fontainisation, le lendemain, elles sentent souvent heureuses et épanouies. C’est donc une expérience unique, expliquant l’envie de nombreuses femmes et de nombreux couples de la vivre.

Au contraire, celles qui se crispent mentalement et refusent de se laisser aller peuvent ressentir une sensation désagréable, comme une forte envie d’uriner. Pour éviter que le phénomène ne se produise, il est conseillé de changer de position.

Il revient donc à chacune de le vivre comme une chance ou comme un fardeau. La quantité de liquide peut en effet être impressionnante. Si c’est le cas, il est aussi possible d’apprendre à maîtriser son éjaculation.

L’éjaculation féminine est-elle synonyme d’orgasme ?

L’éjaculation est présentée comme le summum du plaisir féminin. Pourtant, éjaculation et orgasme ne sont pas forcément liés. Si ce phénomène peut être très plaisant pour celles qui le vivent, on peut aussi être comblée sexuellement sans l’expérimenter.

L’éjaculation féminine n’est donc pas un objectif ultime à atteindre. Cette idée représente une pression inutile. Si vous n’y parvenez pas, rappelez-vous que l’essentiel est le plaisir et non l’éjaculation, qui ne constitue qu’un plus.

Par ailleurs, si l’éjaculation peut rebuter certains partenaires, elle peut au contraire rapprocher les couples qui découvrent une nouvelle expérience ensemble. À vous donc de l’expérimenter lorsque vous vous sentez suffisamment en confiance. Mais il est recommandé de ne pas en faire une obsession et de faire preuve de patience, car on n’y parvient pas forcément.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here