PARTAGER

Peu connu du grand public et pourtant passage obligé pour tous, le secteur du funéraire regroupe pourtant de nombreux métiers. Métiers divers et variés, qui sont pourtant très complémentaires. De porteur/conducteur à agent d’accueil en articles funéraires en passant par maître de cérémonie et conseiller funéraires sans oublier graveur et commis marbrier notamment, le traditionnel métier de « croque-mort » s’est peu à peu spécialisé, diversifié. Des métiers qui nécessitent désormais une formation minimale voire un diplôme et pour lesquels, les offres d’emploi sont nombreuses. Mais voilà, à l’image de tous les postes, il faut envoyer une lettre de motivation, mais aussi un CV pour candidater. Gros plan sur le Curriculum Vitae, un document très codifié.

Les astuces pour faire un CV

Le métier du funéraire ne fait pas exception à la règle et, il convient aussi de rédiger une lettre de motivation en y adjoignant un CV. Et ce dernier doit alors contenir certains éléments afin d’être le candidat idéal, aux yeux des recruteurs.

Tout d’abord, il convient d’orienter le CV en fonction du poste. Si l’on postule, pour un poste de commercial mieux vaut mettre en avant les expériences dans la vente que celles ayant trait au jardinage par exemple. Ce dernier doit donc être adapté à chaque candidature. Et, bien entendu, être clair, accrocheur et concis. En général, une seule page suffit. 

Le CV doit comporter un titre qui rappelle alors l’intitulé du poste visé. Cela peut être « artisan du marbre », « conseiller funéraire » ou encore « cadre commercial assurance » notamment. Le titre est très important, car il indique d’un coup d’œil au recruteur quel est le poste souhaité. Il doit également contenir un certain nombre de données personnelles. En tout premier lieu le nom – en majuscule – et le prénom puis, les coordonnées téléphoniques et mail à jour sans oublier l’âge. L’adresse postale étant devenue aujourd’hui facultative à l’ère de la dématérialisation. Attention aux adresses mail fantaisistes à part s’il s’agit d’un poste dans certains secteurs artistiques. Les liens vers un profil sur les réseaux sociaux – Viadeo, Linkedin, Facebook, Instagram, Blog par exemple – peuvent être utiles, à condition de les employer à bon escient et que cela représente un plus pour le poste recherché. En marge, il peut être utile de mentionner le permis, les disponibilités ou encore la mobilité géographique dans la mesure où cela répond au profil du poste recherché. 

Quant à la présentation, la forme, certains domaines comme le marketing, le design appelle l’originalité. Mettre de la couleur, adopter une forme atypique ou encore mettre les logos des entreprises dans lesquelles on a travaillé est un plus pour autant que cela ait du sens. Il faut donc adapter la forme et opter pour un CV atypique ou classique, selon le poste recherché.

Pour finir, le CV doit contenir certaines rubriques. Il faut donc préciser les études/les diplômes – année, intitulé, nom de l’établissement et ville – les expériences professionnelles –  emplois, stages, jobs d’été, activités associatives par exemple – le tout, par ordre chronologique du plus récent au plus ancien. Pour les expériences, mieux vaut détailler les expériences en lien avec le poste visé en utilisant à bon escient les termes professionnels du secteur. Ensuite, il faut également mentionner les compétences : langue – en précisant le niveau – aptitudes particulières – diplôme de secourisme en l’occurrence – capacités informatiques et/ou bureautiques. Et pour finir, y faire mention également des centres d’intérêt comme la sculpture pour un poste de marbrier en l’occurrence ou le karaté pour un poste d’agent de sécurité. Cette rubrique permet au recruteur d’avoir une idée de la personnalité du candidat. Pour la photo, c’est optionnel.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here