PARTAGER
Risque des marché financiers

L’actualité, l’histoire ou encore la culture populaire nous le rappellent fréquemment : Les marchés financiers comportent des risques.

Les fortunes se font et se défont parfois en quelques heures à peine. Si les professionnels ont parfaitement conscience de ces risques, ce n’est pas toujours le cas des particuliers qui s’aventurent dans le monde impitoyable de la Bourse.

Pourquoi les marchés sont risqués…

Il existe des milliers d’actifs financiers différents. La valeur d’un actif est déterminée par un système d’enchère : Plus les acheteurs sont prêts à acheter haut, plus le prix est susceptible de monter. L’inverse se produit dans le cadre d’un mouvement baissier.

Cela est possible notamment parce que la valeur d’un actif est perçue différemment par les différents opérateurs.

Parfois, vous lisez que le prix monte parce qu’il y a plus d’acheteurs, ce qui est faux. Si un contrat est acheté, cela signifie qu’il y a un contrat qui a été vendu. Il y a donc autant d’acheteurs que de vendeurs.

La différence, c’est qu’il y a des ordres limites et des ordres au marché. Les ordres au marché vont « taper » les limites.

Par exemple, vous décidez d’acheter au marché 50 contrats à 10 euros. S’il y a seulement 40 contrats en ordre limite, vous allez acheter 40 contrats 10 euros et 10 contrats à 11 euros parce que vous avez décidé d’acheter au marché, vous acceptez donc d’avoir un slippage sur un certain nombre de contrats.

C’est un point qu’il faut absolument comprendre parce qu’il explique pourquoi il y a parfois une volatilité importante.

Quand un mouvement violent se produit, par exemple à la baisse, cela signifie qu’il y a une majorité d’opérateurs qui souhaite vendre.

On a donc une majorité de contrats qui sont passés au marché et qui vont donc taper les limites ! Et forcément quand un mouvement violent se produit cela signifie qu’il y a un consensus et donc une absence de liquidité !

Et s’il y a peu d’ordre limite pour absorber les ordres au marché, le prix va forcément décaler à vitesse grand V.

C’est ce qui se produit dans les moments d’euphorie ou de panique. C’est pour ça que l’investissement en bourse est très risqué. On ne sait jamais à l’avance quel sera exactement l’état du marché et de sa liquidité.

La liquidité est assurée par des Market-makers qu’on appelle aussi faiseurs de marché.

Ils ont pour mission d’assurer une contrepartie pour tous les opérateurs et cela en permanence. Le seul problème, c’est que dans un contexte de krach, les market-makers vont réduire leur exposition en réduisant la liquidité (ordre limite): Le nombre d’ordre limite ayant diminué, le prix va être encore plus volatile.

Peut-on gérer son risque ?

L’expérience et la recherche sont sans aucun doute la meilleure des formations au trading.

Avant de se lancer dans le grand bain des marchés financiers, il faut avoir une bonne compréhension de l’environnement. On distingue généralement 3 catégories : La méthode, la gestion du risque et la psychologie.

Pour intervenir sur les marchés, un opérateur peut par exemple utiliser l’analyse technique qui consiste en une analyse approfondie des graphiques.

Selon les techniciens, l’analyse technique permet d’identifier les zones de support et de résistance. C’est donc particulièrement utile pour timer ses entrées et gérer son risque. On peut en effet placer un stop d’invalidation près de son entrée.

L’analyse technique permet aussi de gérer ses positions avec plus de réactivité : Si la tendance change de dynamique, cela peut être une première alerte pour sortir ses positions ou les alléger. A l’inverse, si on constate un renforcement du momentum, c’est peut être une opportunité pour renforcer son exposition en ouvrant de nouvelles positions.

Dans tous les cas, l’analyse technique doit s’accompagner d’une gestion du risque stricte.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here