PARTAGER

En plus d’être passionnante, la chasse est une activité qui rime avec sensations. Mais pour s’y adonner dans les meilleures conditions, il est essentiel de disposer de bons équipements ainsi que du permis de chasse. Comme c’est une activité qui attire de nouveaux adeptes chaque saison, il est important de faire le point sur les équipements du chasseur.

Le permis de chasse : comment l’obtenir ?

Avant même d’évoquer les équipements du chasseur, concentrons-nous sur le permis de chasse et sur les conditions d’obtention de ce sésame. Ainsi, pour pouvoir pratiquer cette activité, le chasseur doit passer un examen spécifique qui consiste à répondre à des questions puis à enchaîner avec la pratique. Cette étape s’avère indispensable pour juger les connaissances du chausseur ainsi que ces réflexes dans les conditions les plus extrêmes. Le permis de chasser lui sera alors accordé si son test est concluant.

Ce document est délivré par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage et permet à son détenteur la possession et l’usage d’armes de catégorie C, sous condition de validation, ainsi que l’exercice de la chasse en France.

Zoom sur les différents types de chasse

Avant d’armer le fusil, faisons un peu le point sur les différents types de chasse. En effet, si certains préfèrent la chasse devant soi, d’autres apprécient particulièrement la battue. Sinon, la vénerie ou la chasse au petit ou au gros gibier connaissent de nombreux adeptes. Encore faut-il savoir quel type de chasse nous convient et le budget dont on dispose. L’âge et l’expérience du chasseur permettront aussi de mieux déterminer le type de chasse qui est le plus adapté.

Quel que soit le type de chasse, le chasseur doit prévoir un système et des accessoires qui masqueront sa présence, vous pouvez à ce propos trouver un camouflage militaire sur StockUS où sont mis à disposition divers types de filets de camouflage. Comptez sur de nombreux modèles de filets de camouflage : sable, bleu sky, anti-feu. Chacun est adapté à un contexte bien précis et dispose d’avantages qui lui sont propres. Par exemple, le filet de camouflage blanc protège à la fois de la chaleur et des rayons UV du soleil.

camouflage à la chasse

La chasse sans fusil

Malgré les idées reçues, il est tout à fait possible de s’adonner à la chasse sans avoir besoin d’un fusil ou de quelconque arme à feu. Les adeptes de chasse sans fusil ont ainsi recours aux arcs et aux flèches. Ils sont aidés par des chiens qui connaissent bien leur rôle : capturer le gibier. Le chasseur sera également amené à chasser le blaireau ou le ragondin en usant de la technique du déterrage ou du furetage. Pour ce faire, il sera équipé de furets qui seront introduits dans les terriers de lapins.

La chasse à l’approche ou à l’affût

La chasse à l’affût est aussi qualifiée de chasse silencieuse et se pratique généralement de manière individuelle. Le but étant de s’approcher le plus discrètement possible au plus près de l’animal. Le chasseur se place dans un mirador pour mieux observer ses proies afin de mieux les traquer par la suite. Son équipement sera ainsi constitué de tenues de camouflage avec masque, bonnet, gants, bottes. Une carabine de chasse sera bien évidemment indispensable. Prévoyez une arme rayée dotée de lunette et d’une paire de jumelles. N’oubliez pas la canne d’appui ou la canne de visée pour tirer à l’approche.

La battue

La battue est très pratiquée en France et consiste à chasser le petit, mais aussi le grand gibier. Pour ce type de chasse, les chasseurs se divisent en deux groupes dont celui des rabatteurs et celui des tireurs postés. Les premiers ont pour rôle de diriger le gibier vers les tireurs postés. Ces derniers, dissimulés grâce au décor ou à un filet de camouflage, n’auront ainsi aucun mal pour l’abattre.

Comme la battue nécessite d’être posté de longues heures, les chausseurs doivent prévoir des accessoires de confort comme les sièges de battue. Ils auront besoin de casques antibruit, de talkies-walkies, de semelles et de gilets chauffants. Un fusil muni d’un viseur à point rouge s’avérera plus qu’utile.

La chasse devant soi au chien d’arrêt

La chasse devant soi est la preuve de la complicité du chasseur et de ses chiens. Ces derniers tiennent un rôle très important puisqu’ils flairent le gibier, s’en approchent et l’arrêtent en attendant le chasseur. Pour la chasse devant soi, le chasseur aura besoin de son fusil et d’une tenue de camouflage classique. À noter que les chiens tels que l’épagneul breton, les braques, les pointers ou les setters sont les plus à même d’aider le chasseur.

La chasse à courre

Dans un registre plus distingué, il y a la chasse à courre (aussi connue sous les noms de vénerie et de chasse à bruit) qui est un mode dechasse ancestral. Ce type de chasse requiert une meute de chiens traqueurs de gibiers. Rappelons que l’équipement du veneur sera choisi en fonction du type de vénerie : petite vénerie (à pied) ou grande vénerie (à cheval). Pour cette activité, le veneur se doit d’être élégant, d’où la nécessité de porter une tenue composée d’une veste d’équitation, d’une redingote et d’une culotte d’équitation. Ajoutez-y des bas de vénerie ou des chaussettes de chasse montantes, sans oublier les jarretières à boucles en galon de maître.

Pour ce qui est du matériel, le veneur devra prévoir un fouet de vénerie pour guider les chiens, ainsi que des mèches. Les contenants tels que les étuis, les fourreaux et les fontes seront également nécessaires. Les dagues de vénerie sont destinées aux piqueux. Ces derniers entrent en jeu au moment de l’hallali. Cette activité requiert aussi des épieux de battue ainsi que des cuivres (trompes, piboles ou cornes d’appel).

La chasse par recherche au sang

Pour ce type de chasse au nom assez particulier, le chasseur est accompagné de ses chiens (rouge de Hanovre, labrador, teckel). Grâce à leur odorat, ils pistent les animaux blessés sur plusieurs kilomètres. Si, à première vue, ce type de chasse peut sembler barbare, il a surtout pour but de retrouver les animaux blessés afin d’abréger leurs souffrances.

Ainsi, pour une recherche au sang, le chasseur aura besoin de semelles de pistage, de harnais pour ses chiens ainsi que des bandes de marquage ou de délimitation. Là aussi, le choix du fusil est crucial, d’autant qu’il y a l’embarras du choix entre le fusil à coup, le fusil semi-automatique, la carabine ou le fusil à superposer. Les chasseurs d’oiseaux privilégieront le fusil à coup tandis que ceux qui évoluent en milieu plus couvert miseront sur un fusil semi-automatique. Le fusil à superposer et la carabine sont plus indiqués pour traquer les gros gibiers.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here