PARTAGER
recyclage voiture

Votre voiture vous l’avez aimée… Pourtant, il a fallu vous en séparer. Mais vous êtes-vous posé la question de savoir ce qu’était devenue votre automobile en fin de vie ?

La législation sur la destruction des véhicules

Ces dernières années, de nombreuses lois environnementales se sont mises en place. Parfois, certains professionnels de la démolition ont fait savoir leur mécontentement ! Par ailleurs, le Conseil National des Professions de l’Automobile ne comprend pas l’obligation, pour les centres de démolition, de contractualiser avec un éco-organisme à partir de 2024.

Sachez qu’en tant que particulier, vous êtes responsable de la destruction de votre véhicule. Aussi soyez vigilant sur le prestataire choisi pour le détruire. C’est à vous de réclamer une attestation de destruction au centre VHU agréé. Dans le cas de non-respect de la réglementation, « le propriétaire encourt une peine de 2 ans de prison maximum et 75000 euros d’amende ». Il faut savoir aussi que laisser votre VHU à un casseur non agréé peut être estimé comme une infraction.

Le recyclage dans le secteur automobile

En Europe, les lois ont bien fait avancer le processus du recyclage des véhicules mais il perdure le fléau des reventes de véhicules illégales à l’étranger. Pour reconnaître un démolisseur ou un broyeur agréé, il suffit de vérifier la présence d’un logo vert et de son numéro d’agrément. Le démolisseur et le broyeur ont chacun leur rôle . Le démolisseur récupère toutes les pièces recyclables et il dépollue l’automobile. Ensuite, il la cède à un broyeur pour la désintégrer. En fait, le broyeur n’a pas l’autorisation de collecter les pièces détachées des véhicules hors d’usage.

Chez nos voisins suisses, en particulier en Suisse romande, la gestion d’une casse automobile ressemble en bien des points à ce que nous connaissons. Le côté pratique tient dans le fait que c’est au prestataire de donner le certificat de destruction du véhicule !

économie circulaire

Aller plus loin dans l’économie circulaire

De nombreux vendeurs de pièces détachées proposent des pièces d’occasion. D’ailleurs, c’est sans doute avec étonnement que vous avez vu des publicités d’assurances vous inciter à vous tourner vers ces pièces de rechange pour réparer votre automobile.
Lors de la remise en état de votre automobile chez un garagiste, un décret, publié au Journal officiel le 31 mai 2017 précise qu’il doit vous laisser choisir entre une pièce de rechange neuve ou des pièces d’occasion, issues de VHU, vérifiées à l’avance dans des centres de « Véhicule Hors d’Usage  » agréés.

Sachez qu’en acceptant une pièce d’occasion, vous contribuerez à la protection de la planète et vous verrez votre facture bien diminuer !

Aussi, être responsable quant au devenir de votre véhicule, c’est vous préserver de problèmes judiciaires et aider à l’effort collectif de l’économie circulaire. En privilégiant les pièces automobiles recyclées, vous évitez à votre niveau, le gaspillage destructeur des ressources de notre planète! Vous aussi devenez par ces simples gestes, acteur de la protection de l’environnement !

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here